Eteindre « Internet » rêve ou cauchemar ?

Eteindre « Internet » rêve ou cauchemar ?

Pour ma part c’est un fantasme qui me prend tous les 3 jours lorsque j’en suis à me demander pourquoi au juste je me laisse toujours balader par cet « outil »! Car oui ce n’est qu’un outil à mon service et pourtant j’ai parfois (souvent) plus l’impression que l’esclave c’est moi et ce truc là le Maître.

Vous n’allez peut-être pas me croire mais lorsque j’ai découvert « Google » – un univers c’est ouvert, une boîte de Pandor, l’infini et j’y avais accès… dans les premiers temps je m’oubliais totalement dans ces espaces de l’information, me régalant, nourrissant, remplissant ma tête d’images, de savoir et de plein de choses.

Aujourd’hui ce qui me fait frémir c’est à quel point je suis, nous en sommes dépendants de cet « Internet ». En terme d’affaires, de métiers, de connexions. je ne suis pas sûr que nous sachions/connaissions son impact sur nos fonctionnements, et son impact psychologique.

Ce qui me chagrine aussi c’est de voir à quel point j’ai dématérialisée son utilisation. Son usage est tout simplement « normal », fait partie de mon quotidien et en plus c’est gratuit!
Si j’avais un bon vieux compteur électrique je me rendrais peut-être compte de ce que je « consomme/gaspille » en terme d’énergie. Rien qu’à écrire cet article ?

Une heure d’échange e-mails dans le monde c’est l’énergie de 4’000 vols aller-retour Paris-New-York.

Au fait pourquoi je vous raconte tout cela ? Y avez-vous déjà pensé, rêvé ? Seriez-vous d’accord que nous tirions la prise – juste pour voir ?

Je me réjouis de vos retours. A mercredi prochain pour un nouvel article « Ecolo-Bobo, bon bon « .

Wendy G.

 

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.

Conception : Sur Mesure

Eteindre « Internet » rêve ou cauchemar ?

Eteindre « Internet » rêve ou cauchemar ?

Pour ma part c’est un fantasme qui me prend tous les 3 jours lorsque j’en suis à me demander pourquoi au juste je me laisse toujours balader par cet « outil »! Car oui ce n’est qu’un outil à mon service et pourtant j’ai parfois (souvent) plus l’impression que l’esclave c’est moi et ce truc là le Maître.

Vous n’allez peut-être pas me croire mais lorsque j’ai découvert « Google » – un univers c’est ouvert, une boîte de Pandor, l’infini et j’y avais accès… dans les premiers temps je m’oubliais totalement dans ces espaces de l’information, me régalant, nourrissant, remplissant ma tête d’images, de savoir et de plein de choses.

Aujourd’hui ce qui me fait frémir c’est à quel point je suis, nous en sommes dépendants de cet « Internet ». En terme d’affaires, de métiers, de connexions. je ne suis pas sûr que nous sachions/connaissions son impact sur nos fonctionnements, et son impact psychologique.

Ce qui me chagrine aussi c’est de voir à quel point j’ai dématérialisée son utilisation. Son usage est tout simplement « normal », fait partie de mon quotidien et en plus c’est gratuit!
Si j’avais un bon vieux compteur électrique je me rendrais peut-être compte de ce que je « consomme/gaspille » en terme d’énergie. Rien qu’à écrire cet article ?

Une heure d’échange e-mails dans le monde c’est l’énergie de 4’000 vols aller-retour Paris-New-York.

Au fait pourquoi je vous raconte tout cela ? Y avez-vous déjà pensé, rêvé ? Seriez-vous d’accord que nous tirions la prise – juste pour voir ?

Je me réjouis de vos retours. A mercredi prochain pour un nouvel article « Ecolo-Bobo, bon bon « .

Wendy G.

 

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.

Conception : Sur Mesure